Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

header.imagePlaceholder

header.clickToEdit

header.imagePlaceholderheader.backgroundPlaceholder

header.clickToEdit
Bienvenue à l'AFPSSU, une association qui engage ses convictions pour que la santé soit reconnue comme facteur d’accès à une scolarité réussie et à un mieux vivre ensemble

Conduites à risque

Qu’est-ce que sont les conduites à risque?

Les conduites à risques représentent le moyen d’exprimer une souffrance, de se sentir exister et de faire passer un message.

Elles se définissent comme un engagement délibéré et répétitif dans des situations dangereuses : ce qui est recherché c’est le frisson.
Certaines conduites font partie de l’adolescence. D'autres témoignent parfois d’une plus grande souffrance, d’un malaise.

L’adolescence est la période critique des conduites à risque signe de la recherche d’une nouvelle autonomie, associée à un sentiment d’invulnérabilité.  Les conduites addictives posent un problème de santé publique majeur, dont les impacts sont multiples, sanitaires, médicaux et sociaux surtout quand ce sont les jeunes qui ont une relation de dépendance aux drogues

L’essentiel sur les addictions

"Les adolescents manifestent des attentes/motivations très variées, le plus souvent en fonction du genre et socialement différenciées. Ils se révèlent peu sensibles à la mise en garde vis-à-vis des risques sanitaires à long terme car ils ne les perçoivent que comme un risque très lointain ne les concernant pas vraiment" source Mildeca

voir le site

Protoxyde d’azote ou « gaz hilarant » : quels sont les risques ?

Le protoxyde d’azote, aussi connu sous le nom de gaz hilarant, est un gaz d’usage courant stocké dans des cartouches pour siphon à chantilly, des aérosols d’air sec ou des bonbonnes utilisées en médecine et dans l’industrie. Détourné de son usage initial pour ses propriétés euphorisantes, il est transféré dans des ballons de baudruche afin d’être inhalé.

Voir le document de l'ANPAA

 Le Binge drinking

 alcoolisation ponctuelle importante » dans un temps très court, avec recherche d’ivresse, connu également sous le terme « d’intoxication alcoolique aiguë » ou « alcoolisation massive ».

Voir le site de la mildeca

La neknomination

La « neknomination » est un phénomène apparu sous la forme d’un défi lancé par un internaute à ses contacts sur les réseaux sociaux pour les inciter à boire d’un trait un verre d’alcool. Une fois le défi relevé, les internautes concernés se tournent vers leurs propres contacts et les invitent à en faire de même. 

En savoir plus

Addiction aux jeux vidéos

Ce ne sont pas les mauvaises conditions sociales qui créent l'addiction mais la dislocation du milieu familial

Auteur : Quéruel Nathalie, Phan Olivier La Santé en action, 2018, n°. 446, p. 42-43

Voir l'article

Conduites à risque et évitement

Au lycée, l’élève peut développer une consommation à risque (alcool, tabac), facteur de déscolarisation. Si nous comprenons les prises de risque et les violences dangereuses comme une manifestation possible de la souffrance des liens que l’enfant ou l’adolescent établit au sein de sa propre dynamique psychique comme auprès de ceux qui l’entourent, nous pouvons appréhender les conséquences
déstructurantes d’une banalisation de ces pratiques.
: in LA REVUE DE SANTÉ SCOLAIRE ET UNIVERSITAIRE n°2

Voir le dossier

 

 

Sélection de documents sur la Prise de risques à l’adolescence 

voir le site de la maison des ados

Prises de risque dangereuses

Les différents types de jeux dangereux

Les jeux de non-oxygénation :

  • Les jeux de strangulation et de compression : striction du cou soit par compression à l’aide des pouces, ou des mains, soit par strangulation à l’aide de différents liens (écharpes, foulard…) ou par pendaison
  • Les jeux avec apnée comme le jeu de la tomate.

Les jeux d’agression

violence physique ou psychologique, perpétrée par un groupe de jeunes envers un enfant seul.

Les jeux de défi

Tous ces jeux s’appuient sur le principe du «t’es pas cap» . Au sein d’un groupe, la recherche d’exploits, de défi, va conduire un ou plusieurs jeunes à pratiquer des activités toujours plus dangereuses

L'enfant et les jeux dangereux

Cet ouvrage a pour objectif d’informer parents et professionnels, souvent désemparés, sur la réalité de ces pratiques dangereuses et jeux traumatiques et d’apporter des pistes de réflexions pour une prise en charge adaptée.

Voir le livre

Comportements à risque et santé : agir en milieu scolaire

Sous la direction de MARTINE BANTUELLE RENÉ DEMEULEMEESTER Direction de la collection Philippe Lamoureux Édition Anne-Sophie Mélard Institut national de prévention et d’éducation pour la santé

Cet ouvrage, fruit de près d’un an et demi de travail, est ainsi destiné à relayer ces données auprès de toute personne qui, dans le cadre de ses missions auprès des jeunes, souhaite agir pour leur donner les moyens nécessaires à leur développement. Dans cette optique, il est centré sur l’apport de connaissances en vue de l’action, car il peut constituer une aide à l’élaboration de politiques de santé, à la conception et l’implantation de programmes de prévention et d’éducation pour la santé, à la modification des pratiques des professionnels. 

Voir le dossier de l'INPES

Les jeux d'asphyxie

Selon une étude publiée dans les Archives de pédiatrie, quatre élèves sur dix – principalement des garçons – jouent à un jeu d’asphyxie à la récréation en primaire. Trois joueurs sur dix affirment même avoir commencé à « jouer » dès la maternelle à se couper la respiration, ou à s’étrangler avec une écharpe. 

En savoir plus sur le site de l'APEAS

Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus